Emploi en zone Euro: + 6.6 millions d’emplois depuis 2013

Au premier semestre 2017, l’emploi en zone Euro est revenu au dessus de son point haut connu au premier trimestre 2008. Cela était déjà observable au premier trimestre 2017 mais cette amélioration est confirmée lors des 3 mois du printemps.
Cette robustesse de l’emploi traduit un effet de rattrapage après les années difficiles dans un contexte de croissance plus robuste et moins incertaine.  On voit sur le graphe l’emploi a une allure plus lisse que le PIB mais est bien en phase de rattrapage.
Depuis le début de la reprise, au premier trimestre 2013, la zone Euro a créé 6.6 millions d’emplois. Lire la suite

Plus de croissance en 2017 mais moins d’inflation tout le temps selon la BCE

Vous trouverez ci-dessous les graphes relatifs aux prévisions de croissance, d’inflation et d’inflation sous jacente de la BCE après la réunion de septembre.  Il y a accélération de la croissance en 2017 mais statu quo, par rapport à juin, sur 2018 et 2019. En revanche, l’inflation se réduit, y compris l’inflation sous jacente. La convergence vers 2% ne se fera pas avant 2020. Imaginez alors des taux de la BCE au niveau actuel jusqu’en 2019.

BCE-2017-septembre-croissancePIB
bce-2017-septembre-inflation
BCE-2017-septembre-prev-inf-ssjacente

 

Pas d’accélération attendue de l’inflation en zone Euro

Au regard de l’évolution du prix du pétrole, le taux d’inflation pour la zone Euro (voir ici) m’a paru un peu élevé. En regardant un peu plus avant je m’aperçois que la baisse du prix du pétrole n’a pas été accompagnée par un mouvement similaire de la contribution de l’énergie au taux d’inflation.
C’est ce que montre le graphe suivant.
La courbe en bleu montre l’évolution sur un an du prix du pétrole en euro. En août 2017 le chiffre est proche de 0%. Cependant, on voit que la courbe violette, qui est la contribution de l’énergie au taux d’inflation, n’a pas eu la même allure au cours des dernier mois. La contribution a reculé par rapport aux points de début d’année mais pas dans les mêmes proportions que ce que suggère le prix du pétrole.
La courbe rouge est la variation du prix du pétrole en faisant l’hypothèse d’un prix à 52.5USD (moyenne Janvier à août 2017) et d’un taux de change qui suit les évolutions récentes et qui reste à 1.18 pour le reste de l’année 2017. La variation annuelle sur les derniers mois de 2017 va rester négative. Même si l’on fait une hypothèse à 55 dollars la variation annuelle termine en territoire négatif. Cela devrait tirer vers le bas la contribution de l’énergie et de ce fait limiter le taux d’inflation de la zone Euro au cours des derniers mois de 2017.
inflation-petrole-ze-aout2017.png

Inflation plus rapide en zone Euro

L’inflation de la zone Euro s’est accélérée en août à 1.5% contre 1.3% en juillet.

Ce mouvement haussier traduit 3 phénomènes: le rebond de la contribution de l’énergie, la hausse continue de la contribution des prix de l’alimentation et l’accélération depuis avril de la hausse du prix des services.
L’indice sous-jacent (biens et services) qui avait une contribution relativement stable (entre 0.5 et 0.6%) au taux d’inflation depuis 2014 est désormais entre 0.8 et 0.9%. La hausse de l’euro va caper le mouvement en réduisant la contribution des prix des biens manufacturés mais cela ne compensera pas totalement ce que l’on observe sur les services pour lesquels l’impact de la hausse de l’euro est limité. Il est possible qu’il y ait eu un léger changement de régime sur l’indice sous-jacent.
Cela alertera-t-il la BCE? Il est encore trop tôt pour le dire mais il est possible que la dynamique des prix soit moins prévisible que ce qui était imaginé. Trop tôt quand même pour le dire – l’exemple américain nous montre que les hausses de l’inflation peuvent n’être que temporaire.
ze-2017-aout-cpiflash