La BCE n’a pas changé dans sa réflexion sur la politique monétaire de la zone Euro.

La BCE n'a pas modifié sa façon de réfléchir à la politique monétaire. C'est ce que l'on peut conclure après la réunion de la BCE ce jour. Les interprétations excessives qui avaient été faites après le discours de Draghi à Sintra ne sont pas validées.
Pour une analyse complète lire mon post sur la version anglaise de ce blog. Lire The ECB hasn’t changed its mind on its monetary policy | Philippe Waechter's blog
https://philippewaechter.en.nam.natixis.com/2017/07/20/the-ecb-hasnt-changed-its-mind-on-its-monetary-policy/

Politique et Croissance en zone Euro

La zone Euro apparaît aujourd’hui comme un havre de stabilité. L’élection d’Emmanuel Macron et ses relations fortes avec Angela Merkel ont nourri les attentes d’une économie qui retrouve une croissance plus robuste et d’un espace politique qui veut se donner les moyens nécessaires pour se réformer afin de s’inscrire encore davantage dans la durée.
Cette rupture est remarquable car il y a 6 mois à peine on ne donnait pas cher de la zone Euro. La montée attendue du populisme lors des diverses élections devait fragiliser la construction européenne au risque de créer une dynamique moins coopérative et plus antagoniste.

En ce début du mois de juillet 2017, on relève qu’il n’en est rien et que les électeurs européens n’ont pas suivi le chemin choisi par les Etats-Unis et la Grande Bretagne. Lire la suite

Dynamique manufacturière robuste en Zone Euro au mois de Juin

Les perspectives de croissance se renforcent encore dans le secteur manufacturier. L’allure est à la hausse dans tous les pays y compris en Grèce dont l’indice revient au dessus du seuil de 50. La France passe devant l’Espagne et l’Allemagne caracole. L’important est la cohérence de tous ces indices en raison des échanges forts entre les pays de la zone. Il y renforcement des échanges et ainsi un support fort pour l’activité.
ZE-2017-juin-PMI-manuf
La dynamique des commandes s’accélère fortement à la fin du deuxième trimestre. Cela devrait accentuer le profil de la production manufacturière et alimenter à la fois les échanges et la croissance.
Ze-2017-juin-markit-ratio
Par pays, l’Allemagne est toujours en phase d’accélération mais la France et l’Italie sont aussi à des niveaux robustes. L’Espagne est relativement stable en tendance. Les signaux sont bons pour l’activité au sein de tous les pays de la zone.
Ze-2017-juin-ratio-pays
Les pressions nominales s’estompent. Il faut y voir une conséquence du repli des prix du pétrole. Cela se traduira par des pressions réduites des prix de production. La BCE n’a aucune raison de se précipiter.
ZE-2017-juin-markit-Prix
ze-2017-juin-markit-prix-ppi

Qu’attendre de la politique monétaire de la BCE?

C’est la question que l’on peut se poser au lendemain de la conférence de presse de Mario Draghi à l’issue de la réunion du comité de politique monétaire.

Le président de la BCE a clairement insisté pour convaincre son auditoire et l’ensemble des investisseurs qu’il n’était pas question pour l’instant de modifier la façon de faire de la banque centrale même si celle-ci a amendé la façon dont elle encadrait son action. Dans le communiqué de presse, la mention d’une possible baisse des taux d’intérêt a été gommée. Ce n’est pas cependant suffisant pour indiquer l’annonce d’un changement de politique selon Mario Draghi. La BCE n’est pas près et pas prête à changer de politique.

L’inflation insuffisante, toujours très éloignée de la cible de 2% définie par la BCE, est le principal facteur de cette stabilité. Le président de la BCE a encore insisté pour indiquer que la volatilité de l’inflation ne reflétait que celle du prix du pétrole. Les autres composantes sont beaucoup plus stables et ne progressent en moyenne que d’un peu moins de 1% par an depuis 3 ans. C’est peu et toujours inférieur à la cible. Dès lors la BCE n’a pas de raison de hâter un changement de politique. Lire la suite

Quelle évolution pour la politique de la BCE?

C’est la question que l’on peut se poser au lendemain de la conférence de presse de Mario Draghi à l’issue de la réunion du comité de politique monétaire.

Le président de la BCE a clairement insisté pour convaincre son auditoire et l’ensemble des investisseurs qu’il n’était pas question pour l’instant de modifier la façon de faire de la banque centrale même si celle-ci a amendé la façon dont elle encadrait son action. Dans le communiqué de presse, la mention d’une possible baisse des taux d’intérêt a été gommée. Ce n’est pas cependant suffisant pour indiquer l’annonce d’un changement de politique selon Mario Draghi. La BCE n’est pas près et pas prête à changer de politique.

On peut aussi raisonner un peu différemment sur la logique de la politique monétaire afin de disposer d’une explication rationnelle sur ce que fait et fera l’institut d’émission.

La suite est à lire dans ma chronique hebdomadaire pour Forbes. Elle est disponible ici

4 points sur la réunion de la BCE

Quatre éléments à retenir de la réunion de la BCE

1 – Dans le communiqué de presse, il n’est plus fait référence à une possible baisse des taux d’intérêt si cela était nécessaire (voir ici).
C’est un changement majeur dans la communication de la BCE. Draghi l’a expliqué par la disparition du risque de déflation.
MAIS le président de la BCE a clairement indiqué que cela ne présentait en rien un changement ou l’annonce d’un changement de la politique monétaire de la BCE.  Lire la suite