L’inflation s’accélère encore au Royaume-Uni.

La situation britannique devient plus complexe. L’inflation s’est accélérée à 2.7% en avril et l’inflation sous-jacente à 2.5%. Ce sont des chiffres qui n’avaient pas été constatés depuis l’automne 2013 pour le taux d’inflation. Ces effets reflètent principalement l’impact de la dépréciation du sterling. Il y a un an l’inflation britannique n’était qu’à 0.3% et le taux d’inflation sous-jacent qu’à 1.2%. C’est le passage de 1.2% à 2.5% qui est le plus problématique alors que l’économie anglaise n’accélère pas.
RU-2017-avril-inflation
Le souci est que les salaires ne vont pas suivre cette accélération des prix. L’écart est déjà significatif. Lire la suite

Sur le mouvement récent de hausse des taux d’intérêt

Publié initialement, le 9 février, sur le site http://www.Forbes.fr  sous le titre «Le Mouvement Haussier Sur Les Taux D’Intérêt Est-Il Si Fort Que Cela ?» et disponible ici

De tous les grands pays industrialisés, c’est en France que le taux d’intérêt de long terme est remonté le plus fortement depuis l’élection de Donald Trump. Le Royaume-Uni est en revanche celui dont les taux d’intérêt in fine ont le moins bougé quand on regarde de date à date.
Après l’élection du 8 novembre, l’attention s’était d’abord portée sur les taux américains en raison d’une remontée rapide liée notamment à des anticipations plus fortes sur la croissance américaine. Mais, 3 mois après, ce n’est pas là-bas que  le parcours a été le plus fort. Lire la suite

Hausse de taux d’intérêt? Ma contribution pour Forbes

Ma chronique hebdomadaire publiée sur http://www.forbes.fr  est disponible ici
Le thème cette semaine porte sur la force du mouvement de hausse des taux d’intérêt

De tous les grands pays industrialisés, c’est en France que le taux d’intérêt de long terme est remonté le plus fortement depuis l’élection de Donald Trump. Le Royaume-Uni est en revanche celui dont les taux d’intérêt in fine ont le moins bougé quand on regarde de date à date.
Après l’élection du 8 novembre, l’attention s’était d’abord portée sur les taux américains en raison d’une remontée rapide liée notamment à des anticipations plus fortes sur la croissance américaine. Mais, 3 mois après, ce n’est pas là-bas que  le parcours a été le plus fort.
Lire la suite ici

Inflation de janvier – Encore un coup du pétrole

L’inflation au sein de la zone Euro a nettement accéléré en janvier. Elle s’est établie à 1.8% contre 1.1% en décembre 2016.
Le graphique qui cumule les contributions à l’inflation fait à nouveau ressortir un effet lié au prix de l’énergie.
La lecture du graphe est la suivante: la courbe rouge représente la contribution du prix des biens à l’inflation, la courbe bleue est la somme de la courbe rouge et de la contribution du prix des services à l’inflation, la courbe verte est la somme de la courbe bleue et de la contribution du prix des produits alimentaires à l’inflation. On observe que cette courbe verte, qui reflète l’évolution des prix de plus de 90% des produits composant l’indice des prix, est relativement stable. Depuis la mi-2014, cette contribution évolue entre 0.6% et 0.85% soit un corridor assez étroit.
La volatilité vient du prix de l’énergie. Lire la suite

L’inflation à 1.1% en zone Euro – Accélération temporaire

Eurostat a publié le 5 janvier le taux d’inflation du mois de décembre pour la zone Euro. Il ressort à 1.1% soit le chiffre le plus élevé depuis août 2013. Le taux d’inflation n’était qu’à 0.6% en novembre. Est ce pour autant le retour de l’inflation ou n’est ce qu’un phénomène temporaire?

Le graphe ci-dessous permet de jauger des sources de cette accélération de la hausse des prix en décembre.
La construction du graphe est simple. Chaque courbe représente la contribution du secteur au taux d’inflation. Chaque courbe cumule la contribution du secteur et les contributions précédentes. On commence par les biens en rouge puis les biens et les services (en bleu) puis les biens, les services et les produits alimentaires. Cette dernière courbe est la courbe verte sur le graphe. Elle est stable depuis le début de 2015. En revanche dès que l’on additionne l’énergie l’image change. La courbe violette est celle qui ajoute l’énergie à la construction précédente et qui de ce fait représente le taux d’inflation.
Le prix de l’énergie est le facteur de volatilité de l’inflation depuis 2015 au moins et l’accélération constatée en décembre ne traduit qu’un phénomène lié à celui-ci. Lire la suite