Brésil – La très longue récession

La situation du Brésil reste très préoccupante. Le PIB s’est à nouveau replié au 4ème trimestre 2016. Il a reculé de -3.4% en taux annualisé après -2.9% au 3ème trimestre. C’est la 8ème baisse consécutive.
Sur l’ensemble de l’année 2016, le PIB a baissé de -3.6% après déjà -3.8% en 2015. Le repli depuis le point haut du premier trimestre 2014 est de 9%.
L’acquis pour 2017 à la fin de 2016 est négatif à -1.1%.
Le premier graphe montre le profil du PIB et sa tendance calculée jusqu’à fin 2013. L’écart à la tendance est quasiment de 20% à la fin du dernier trimestre de 2016. Si l’activité avait évolué selon la tendance calculée, le PIB serait actuellement 20% plus élevé. Lire la suite

La croissance de la zone Euro en perspective

La publication du chiffre de croissance pour 2016 en zone Euro incite à comparer la performance de la zone à celle de ses concurrents à l’échelle mondiale.  Voici 4 graphes pour servir de repère sur la performance effective de la zone Euro par rapport à ses partenaires et concurrents. Dans l’absolu, la zone Euro n’a pas la meilleure performance mais en relatif, notamment au regard de son allure d’avant crise, la zone Euro s’en tire mieux que les USA ou le Royaume Uni. Ce n’est pas pour autant satisfaisant notamment quand on regarde dans le détail de la composition de la zone Euro. L’Italie, la Grèce et le Portugal sont toujours en difficulté alors que l’Espagne et l’Allemagne caracolent.  Lire la suite

La croissance allemande en 3 graphes

Croissance de 0.4% (1.7% en taux annuel) en Allemagne au dernier trimestre après 0.1% en T3 soit 1.8% pour l’année 2016. L’acquis pour 2017 à la fin de 2016 est de 0.5%. Il était de 0.5% aussi à la fin 2015 pour 2016.
La demande interne a un rôle majeur dans la croissance et notamment les dépenses publiques dans la lignée de ce qui est constaté depuis le T1 2015. Depuis cette date la contribution moyenne des dépenses de gouvernement est de 0.7% pour une croissance moyenne de 1.5% soit près de la moitié. (Chiffres jusqu’au T3, le détail du T4 n’est pas encore disponible)
La construction a aussi progressé rapidement. Il faut y voir l’impact de la prise en charge des réfugiés. Le commerce extérieur a eu un impact négatif.
Cette forme plus autonome de la croissance a un impact positif et durable sur l’activité en zone euro.

 Le premier graphe montre la stabilité du cycle allemand avec une tendance stable sur l’ensemble de la période contrairement à ce qui a été observé dans les autres pays. Cela tient à l’absence de la rupture de la demande interne constatée partout ailleurs.
allemagne-2016-t4-pib-tendance
Le deuxième graphe montre le renforcement de la demande interne au cours des derniers trimestres. La contribution cumulée du commerce extérieur ne progresse plus alors que celle de la demande privée et celle des dépenses gouvernementales progressent rapidement. Il y a là un changement dans le mode de fonctionnement de l’économie allemande. Cela n’est probablement pas étranger à l’amélioration de la conjoncture de la zone Euro
allemagne-2016-t4-pibetcontriblt
Le troisième graphe montre la contribution des dépenses gouvernementales à la croissance trimestrielle du PIB depuis 2015.
allemagne-2016-t4-pibetdepgvt

Croissance de la zone Euro – Des signaux positifs pour 2017

La croissance de la zone Euro s’est accélérée en fin d’année 2016. La progression du PIB sur les trois derniers mois de l’année a été de 0.5% (2% en taux annualisé) après 0.44% en T3 (1.75% en taux annualisé).
Sur l’ensemble de 2016 la croissance du PIB a été de 1.7% après 1.9% en 2015. L’acquis à la fin 2016 pour 2017 est de 0.7%. C’est le chiffre le plus élevé depuis 2010. Cela veut dire que l’année 2017 démarre sur une note robuste puisque si, à chaque trimestre de 2017 la croissance était nulle, la croissance moyenne pour l’année serait de 0.7%.  En 2011 (pour 2012) et 2012 (pour 2013) l’acquis était négatif. C’était un  handicap majeur dans le retour de la croissance. Cela reflète l’impact des politiques d’austérité. Lire la suite