Optimisme aux Etats-Unis – Ma chronique macroéconomique

4 points à retenir cette semaine pour suivre la conjoncture

Point #1Les PME américaines sont très optimistes – Les ménages aussi
L’arrivée du nouveau président américain met en joie les dirigeants des PME aux USA. L’indice d’optimisme calculé par le NFIB est au plus haut depuis 2004. La rupture observée sur le graphe est spectaculaire.  Lire la suite

Les banques centrales ne sont pas optimistes – Ma chronique macroéconomique

4 éléments à retenir de la conjoncture

Point #1La Fed est prête à remonter son taux de référence en décembre
Lors de sa réunion du 20/21 septembre la banque centrale américaine a indiqué 3 points
1 – Le maintien des taux d’intérêt dans l’intervalle [0.25; 0.50%] car il n’y avait pas d’urgence au regard des données macroéconomiques
2 – La Fed est néanmoins préoccupée par l’évolution à long terme de l’économie américaine. Elle a de nouveau abaissé la valeur d’équilibre de long terme de son taux d’intérêt de référence (taux des fed funds) à 2.9%. Cela traduit l’idée d’une dynamique de l’économie américaine qui se rapproche d’une forme de stagnation séculaire dont la caractéristique est un taux de croissance limitée de l’activité et un taux d’inflation réduit. Ceci se traduit par un taux d’intérêt d’équilibre plus faible que par le passé. Lire la suite

Royaume Uni (confiance), Japon (production), France (consommation)

ru-jap-fr.png

La confiance du consommateur anglais rebondit en août

Après le référendum sur le Brexit, le 23 juin dernier, les ménages se sont inquiétés de l’évolution de l’économie. L’indice des perspectives à 12 mois avait plongé d’une façon spectaculaire. Puis en août comme il ne se passe pas grand chose dans la mise en œuvre du Brexit alors que les taux d’intérêt baissent sous l’impulsion de la Banque d’Angleterre et que le sterling recule de façon durable il y a un mini boom qui rassure le consommateur. L’indice de confiance remonte rapidement en août mais ne revient pas au niveau de juin. Le profil est similaire pour les perspectives à 12 mois.
Interprétation: avec le Brexit il y aura un impact négatif mais il n’est pas pour tout de suite en raison des hésitations politiques. (voir ici sur l’état d’avancement du Brexit ) Lire la suite

Pas de surchauffe aux USA – Ma chronique macroéconomique

6 points à retenir pour appréhender la conjoncture globale

Point #1Le discours de Janet Yellen
Le propos de la présidente de la Federal Reserve était très attendu vendredi dernier à Jackson Hole (réunion des banquiers centraux) car le changement de politique monétaire n’est plus systématique dans la phase de remontée.
La banque centrale américaine a une stratégie très différente de celles menées par le passé. A l’époque le profil de hausse était très marqué avec une hausse quasiment à chaque réunion une fois que la Fed avait démarré le mouvement. Cette fois ci ce n’est pas le cas puisque la banque centrale américaine n’a remonté son taux de référence qu’une fois et c’était en décembre dernier. Il n’y a donc pas l’aspect systématique observé par le passé. C’est pour cela que les propos des membres de la Fed sont très attendus, notamment ceux de sa présidente Janet Yellen. Lire la suite

Repères pour un retour de vacances

Au retour de vacances il est toujours nécessaire de se remettre les indicateurs à l’esprit.
Je vous propose une série de graphes avec un commentaire rapide pour reprendre mes publications sur ce blog.

Point 1Une croissance décevante au 2ème trimestre aux USA et en France
En France, le PIB a marginalement reculé au 2ème trimestre (-0.04% soit -0.2% en taux annualisé) et aux USA sa progression n’a été que de 0.3% soit 1.2% en taux annualisé. Pour la France c’est un coup d’arrêt lié à une dynamique interne privée qui s’est stoppée. Sa contribution à la croissance du PIB (en taux annualisé) passe de 3.6% au cours des trois premiers mois de 2016 à -0.1% au cours du printemps. La consommation s’est effondrée avec une contribution qui est passée de 2.5% à 0% et l’investissement des entreprises a chuté passant d’une contribution de +1.1% à -0.1%.
La prévision de 1.5% pour 2016 par le gouvernement est à risque car il faudrait 0.55% (soit 2.2% en taux annualisé) au 3ème et au 4ème trimestre pour atteindre cet objectif. On ne voit pas spontanément ce qui permettrait à l’économie française de se caler deux trimestres consécutivement au dessus de sa croissance potentielle. Lire la suite