Sur l’état de l’Union Monétaire

Publication synthétique de Thomas Philippon (NY University) sur l’état de l’Union Monétaire Européenne.
Il y distingue des temps différents selon que l’on s’intéresse à la crise financière, la crise économique ou la crise politique. Ces trois dimensions se chevauchent mais ne s’inscrivent pas dans la même durée.
Il suggère d’aller plus vite sur l’Union Bancaire et l’union des marchés de capitaux mais aussi de créer des Eurobills afin d’éviter tout dysfonctionnement du marché monétaire.

Le choc brutal et violent sur l’activité en Grèce

La crise grecque, faite d’incertitudes fortes quant au devenir de la Grèce au sein de l’Europe mais aussi de contraintes majeures avec la fermeture des banques, s’est traduite par une baisse profonde de l’activité en juillet.
L’enquête Markit pour le mois de juillet montre une chute sans précédent de l’activité manufacturière. Le niveau de l’indicateur (30.2) est au plus bas historique. La récession de 5 ans va donc se prolonger. La rupture est bien plus marquée que lors de la récession de 2008/2009.C’est ce que l’on voit sur le graphe ci-dessous. L’impact sur le profil du PIB va être absolument spectaculaire. Lire la suite

Quelques points sur l’accord qui me posent un problème.

Le document en format pdf est FlashMarches_13_07_2015_FR

L’accord entre la Grèce et la zone Euro pose spontanément quelques questions parmi d’autres

La première est celle de la croissance: A quel moment dans le futur peut on imaginer un retour de la croissance en Grèce?
Ce ne sont pas les quelques mesures sur l’ouverture des magasins le dimanche, la libéralisation des pharmacies, des boulangeries et la réduction des professions protégées qui vont relancer la croissance.
Les objectifs qui ont été dévoilés par Tsipras, jeudi dernier, doivent conduire à une convergence du solde budgétaire primaire vers le niveau de 3.5% du PIB en 2018. Cette mesure n’est pas remise en cause mais sera certainement au cœur des discussions lorsque commenceront les négociations pour le 3ème plan de sauvetage.
En 2014, le relâchement de l’austérité avait permis de retrouver une allure plus robuste sur la croissance et l’emploi. L’incertitude qui a prévalu depuis l’arrivée de Syriza a infléchi cette tendance. Mais les effets de la hausse de la TVA et de la baisse des retraites remettent l’austérité au goût du jour et vont pénaliser la croissance.
A moyen terme, la réforme des retraites ira aussi certainement dans ce sens. Il faudra caler le profil des retraites sur la capacité de l’économie à générer des revenus. Or au regard du profil du PIB (baisse de 26% depuis 2009) ces revenus et les pensions qui y sont attachés seront plus réduits. Lire la suite