Dynamique vertueuse de l’emploi en zone Euro

En 2016 la dynamique de l’emploi en zone Euro s’est franchement améliorée. Sur l’ensemble de l’année, l’emploi a augmenté de 1.3%, c’est le meilleur chiffre depuis 2007.
Cette situation va continuer au cours du premier semestre de 2017 lorsque l’on regarde le sous-indice relatif à l’emploi dans l’enquête Markit pour l’ensemble de la zone Euro.
D’une façon plus générale, depuis 2014, la dynamique de l’emploi a une allure positive (c’est à dire depuis la fin des politiques d’austérité)
ze-2016-t4-emploi-pmiemploi.png
La relation entre la croissance et l’emploi est plutôt stable au sein de la zone Euro depuis 1996. On relèvera l’année 2009 qui absorbe le choc macroéconomique post Lehman et 2012 et 2013 qui sont les années durant lesquelles l’austérité est l’option prise par les gouvernements de la zone Euro. Cela pèse sur la croissance et sur l’emploi. Lire la suite

Robots, changements technologiques et emploi – Partie II

Cet article a été publié initialement, le 10 mars, sur le site de Forbes, sous le titre: «L’Innovation et l’Emploi – Partie II», il est disponible ici.

Il est reproduit ci-dessous in-extenso

Cette fois, c’est différent. C’est souvent comme cela que sont désormais perçus les effets des innovations sur l’économie et l’emploi. La lecture plutôt déterministe que je faisais dans ma dernière chronique (lire ici) est-elle à oublier ou ce cadre est-il toujours le bon ? En d’autres termes, est-ce que les innovations et l’emploi sont, in fine, complémentaires, c’est la leçon de l’histoire vue par Alfred Sauvy et c’est aussi ce que suggérait le petit modèle développé par Paul Krugman, ou existe-t-il des risques pour que l’impact des innovations soit durablement négatif pour l’emploi ?

Sur de nombreux sujets, la caractéristique « cette fois, c’est différent » ne fonctionne pas et c’est pour cela qu’il faut s’en méfier. Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff ont écrit un livre remarquable sur cette thématique appliquée aux crises financières (« Cette fois, c’est différent : Huit siècles de folie financière » Pearson – Septembre 2010). Ils suggèrent que, dans les crises financières, ce n’est jamais franchement différent même si sur le moment chacun, emporté par son élan, y voit une rupture de l’histoire. Lire la suite

Robots, changements technologiques et emploi – Partie II – Ma contribution pour Forbes

Ma chronique hebdomadaire publiée sur http://www.forbes.fr  est disponible ici
Le thème cette semaine porte sur les relations entre innovation et emploi à l’heure de l’intelligence artificielle

Cette fois, c’est différent. C’est souvent comme cela que sont désormais perçus les effets des innovations sur l’économie et l’emploi. La lecture plutôt déterministe que je faisais dans ma dernière chronique (lire ici) est-elle à oublier ou ce cadre est-il toujours le bon ? En d’autres termes, est-ce que les innovations et l’emploi sont, in fine, complémentaires, c’est la leçon de l’histoire vue par Alfred Sauvy et c’est aussi ce que suggérait le petit modèle développé par Paul Krugman, ou existe-t-il des risques pour que l’impact des innovations soit durablement négatif pour l’emploi ?

Lire la suite ici

Robots, changements technologiques et emploi – Partie I

Cet article a été publié initialement, le 3 mars, sur le site de Forbes, sous le titre: «L’Innovation et l’Emploi – Partie I», il est disponible ici.

Il est reproduit ci-dessous in-extenso

La question des robots et de l’emploi a surgi dans la campagne électorale française. Le candidat Benoît Hamon a largement évoqué cette question sous deux angles. D’abord sous celui de la pénurie d’emplois provoquée par la robotisation de l’économie. Il en découle la nécessaire mise en œuvre d’un revenu universel pour compenser cette pénurie sur le revenu des français. Le second point est celui de taxer les robots afin de financer le modèle social et l’éducation. Je développerai ces aspects en trois contributions successives. La première est historique, sur la relation entre innovation et emploi, la seconde portera sur l’introduction de l’intelligence artificielle, et la troisième contribution s’interrogera sur la question de la taxation des robots et sur la question majeure de savoir qui les détient. 

 

La question centrale est celle de l’emploi et des conséquences de la robotisation sur celui-ci. La question de la fiscalisation des robots est majeure aussi car les lectures qui sont faites de cette mesure peuvent avoir des conséquences opposées. Lire la suite

Robots, changements technologiques et emploi – Partie I – Ma contribution pour Forbes

Ma chronique hebdomadaire publiée sur http://www.forbes.fr  est disponible ici
Le thème cette semaine porte sur les relations entre innovation et emploi à l’heure de l’intelligence artificielle

La question des robots et de l’emploi a surgi dans la campagne électorale française. Le candidat Benoît Hamon a largement évoqué cette question sous deux angles. D’abord sous celui de la pénurie d’emplois provoquée par la robotisation de l’économie. Il en découle la nécessaire mise en œuvre d’un revenu universel pour compenser cette pénurie sur le revenu des français. Le second point est celui de taxer les robots afin de financer le modèle social et l’éducation. Je développerai ces aspects en trois contributions successives. La première est historique sur la relation entre innovation et emploi, la seconde portera sur l’introduction de l’intelligence artificielle et la troisième contribution s’interrogera sur la question de la taxation des robots et sur la question majeure de savoir qui les détient.
La suite est à lire ici

L’emploi en France a augmenté rapidement en 2016

Les bonnes nouvelles s’accumulent sur l’économie française. Après la hausse de 0.4% du PIB au dernier trimestre 2016, l’emploi marchand sur la même période a augmenté de 62 200 après déjà 52 400 au troisième trimestre. L’emploi marchand augmente continûment depuis 7 trimestres et sur l’ensemble de l’année 2016 il y a eu  191 700 emplois supplémentaires. En 2015 l’emploi marchand avait augmenté de 99 200. Le nombre des créations d’emplois a quasiment doublé en un an.

L’économie française crée des emplois car son marché du travail est réactif. C’est ce que montre le graphe suivant qui compare l’évolution annuelle du PIB et celle de l’emploi marchand. Lire la suite