Le risque britannique

La croissance du premier trimestre va franchement ralentir au Royaume Uni. Les dépenses des ménages se sont contractées de façon spectaculaire en raison de l’accélération de l’inflation et notamment de la hausse des prix des produits alimentaires, pénalisant ainsi le pouvoir d’achat.
La consommation qui a un champs plus large que les ventes de détail devrait nettement ralentir voire se contracter légèrement.
Il s’agit ici des premiers effets du Brexit via l’effritement du  pouvoir d’achat du consommateur. C’est la première étape
RU-2017-T1-Vdetail-Conso

Les risques d’instabilité d’une nouvelle monnaie en France – Ma chronique pour Forbes

Ma chronique hebdomadaire pour http://www.forbes.fr est disponible ici Le thème, cette semaine porte sur les risques d’instabilité et l’incertitude associés à une nouvelle monnaie en France.

L’Europe est un facteur clé de la campagne présidentielle même si ce thème a été peu abordé lors des deux débats télévisés. Parmi les 4 candidats ayant les positions les plus fortes dans les sondages, l’Europe est discriminante. Ce doit être le premier facteur discriminant entre les candidats pour n’importe quel électeur. 

Pour deux d’entre eux, Emmanuel Macron et François Fillon, l’objectif est d’approfondir les institutions existantes même si les modalités ne sont pas identiques pour chacun d’entre eux. Ni l’un ni l’autre ne souhaite cependant sortir de la zone Euro.
En revanche pour les deux autres candidats du Top 4, Marine Le Pen et Jean Luc Mélenchon, l’Europe est, au regard des institutions européennes, une source de rupture pour la France. L’un et l’autre envisagent une négociation avec l’Europe pour changer ces institutions et redonner à la France la possibilité de retrouver son autonomie de décision. En cas d’échec probable de ces discussions, car les autres pays n’ont pas forcément la volonté de changer de cadre, et avec l’appui d’un référendum, les deux candidats envisagent une sortie de l’Europe.
Dans chacun des deux cas, la monnaie revient au cœur du nouveau cadre à définir.

Lire la suite ici

Brexit – L’heure du choix – Dans « l’économie en questions » sur France Culture

Vous trouverez le podcast de l’émission de France Culture « L’économie en questions » animée par Dominique Rousset
Les invités étaient: Catherine Mathieu de l’OFCE; Marc Guillaume membre du cercle des économistes et Philippe Waechter
https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=a0d6bd11-b1d0-46dd-82ba-7952e0610c51

Le monde change radicalement – Ma Chronique macroéconomique

Voici les différents points à suivre cette semaine dans la conjoncture économique

Point #1 – Le protectionnisme au coeur du discours d’investiture de Donald Trump
Lors de son discours d’investiture, Donald Trump a mis l’accent sur des objectifs purement politiques. L’économie apparaît comme un moyen des options politiques prises même si cela oblige à réécrire l’histoire américaine. (Le discours est disponible ici en français texte-integral-du-discours-dinvestiture-de-donald-trump-shareamerica )

L’ensemble de son discours d’investiture est marqué par l’opposition à ce qui pourrait faire dépendre les Etats-Unis du reste du monde. Les options protectionnistes de ce discours résultent de cette hypothèse. Ce qu’il en ressort est l’idée selon laquelle le commerce mondial serait un jeu à somme nulle. Ce qui n’est pas fait aux Etats-Unis est fait au détriment des Etats-Unis. « Ce que tu gagnes, je le perds »
Le discours protectionniste est donc de faire de telle sorte que les Etats-Unis prennent la part du gâteau la plus importante qui soit. Pour cela la thématique « acheter américain et embaucher américain » fonctionne bien.
Sauf que cela est faux. Le commerce mondial n’est pas un jeu à somme nulle. Lire la suite