Interrogations sur la politique monétaire britannique

La Banque d’Angleterre (BoE) a remonté son taux de référence de 25bp à 0.5%.
L’idée derrière cette décision est double:
1 – la tendance à long terme de l’économie britannique est plus réduite que par le passé et le Brexit a accentué ce phénomène. Cela veut dire que le risque de surchauffe s’observe à un niveau plus bas que par le passé et que le niveau d’intervention de la BoE est plus bas que par le passé. Cela implique un taux d’intérêt d’équilibre plus réduit que par le passé.
Néanmoins, si le Brexit pèse dans la durée il ne crée pas de rupture selon la BoE. (ceci peut se discuter) Lire la suite

Quelle crédibilité pour les taux d’intérêt prévus par la Fed en Septembre?

Lors de la réunion de la Banque Centrale Américaine les 19 et 20 septembre, ses membres ont dessiné le profil du taux d’intérêt de référence pour la banque centrale qu’ils anticipent pour les années à venir jusqu’en 2020. Dans ce schéma, il y aura une hausse de taux d’intérêt en 2017, trois en 2018, 2 en 2019 et 1 seule en 2020. Il serait alors de 2.875% contre 1.125% actuellement. Généralement, les profils publiés par la Fed sont excessifs, la banque centrale tentant d’infléchir dans le sens souhaité les anticipations des investisseurs. Lire la suite

Une règle de politique monétaire aux USA

Si la Fed suivait la règle de politique monétaire de Mankiw qui lie le taux des fed funds au taux de chômage et au taux d’inflation sous-jacent alors le taux des fed funds serait en août 2017 à 4.3%. Le taux cible de la Fed est actuellement à 1.125%.
La Fed considère que l’économie américaine ne serait pas susceptible de prendre en charge un tel niveau de taux d’intérêt.
En 2009/2010, l’effondrement des taux justifie la mise en place du QE. Aujourd’hui la fin du QE et la baisse du bilan de la Fed va permettre de réduire l’écart entre les deux mesures présentes sur le graphe. Le niveau des taux calculé suggère que comme le signalait Yellen lors de sa conférence de presse de mettre en second plan les opérations d’achat d’actifs dans la gestion de la politique monétaire et de remettre au premier plan l’instrument du taux d’intérêt.
tauxFed-reglemankiw-aout2017

La Fed normalise mais ne devient pas optimiste

Comme prévu, la Fed, lors de sa réunion des 19 et 20 septembre, a annoncé la mise en place du processus de réduction de la taille de son bilan pour le mois d’octobre. Le détail qui avait été présenté en juin est disponible sur un post envoyé plus tôt aujourd’hui et récapitulant l’ensemble des éléments à connaitre.

Lors de la conférence de presse, Janet Yellen a clairement indiqué que la hiérarchie des instruments de la politique monétaire est claire. La banque centrale dispose de deux instruments que sont le taux des fed funds et l’achat d’actifs. En temps normal, a dit la présidente de la Fed, c’est l’instrument de taux qui sera utilisé exclusivement. La gestion de la politique monétaire ne se fera que par le biais des taux d’intérêt. Ce n’est que dans une situation perçue comme particulière que la Fed pourrait utiliser à nouveau l’achat d’actifs. L’un est la règle, l’autre l’exception. Cela a le mérite d’être direct et claire. Mais c’était une question pertinente en cas de choc négatif sur l’activité. Le taux actuel de la Fed est trop bas pour qu’une baisse brutale ait des effets forts et durables sur la conjoncture immédiate. Un ajustement quantitatif pourrait être nécessaire. En tout cas elle considère que les deux instruments doivent rester dans la boite à outil de la banque central.  Lire la suite