Elections législatives – 2ème tour: l’emploi et l’Europe en ligne de mire

Le président Emmanuel Macron va disposer d’une majorité absolue à l’Assemblée nationale avec 306 sièges pour son parti LREM et 42 pour le Modem. La majorité étant à 290, son parti a la majorité sans faire appel éventuellement au Modem. Cependant comme le montre le graphe, sa majorité est finalement assez proche de la moyenne depuis 1981 à 60%. On est loin du résultat qui avait calculé à l’issue du premier tour proche de 80%. Le résultat observé au second tour ne rentrait pas dans les fourchettes d’estimation même dans le bas de la fourchette à l’issue du premier tour..
France-legislatives2emeround-2017
Lire la suite

L’emploi a progressé rapidement au premier trimestre en France

L’INSEE publie désormais des chiffres plus complets sur l’emploi salarié en France. En partenariat avec l’Acoss et la Dares, l’INSEE propose désormais un champs plus large de l’emploi salarié, il distingue 5 secteurs, l’agriculture, la construction, l’industrie et le tertiaire marchand et non marchand. Ces données seront disponibles pour le secteur privé et le secteur public. Ces chiffres concernent la France métropolitaine plus la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et la Réunion. La mesure est donc plus complète que celle du seul emploi marchand qui était précédemment publié. Cependant, l’ensemble de ces nouvelles séries ne démarrent qu’au 4ème trimestre de 2010. C’est un peu court. 

Au premier trimestre l’emploi salarié a augmenté de 89 700 et sur un an de 284 100 soit une progression de 1.2% par rapport au premier trimestre 2016.
C’est le 10ème trimestre de hausse de l’emploi salarié. Depuis le début de la reprise au premier trimestre 2013 il y a eu 581 200 nouveaux emplois dont 416 900 dans le secteur privé et 164 300 dans le secteur public.   Lire la suite

Les élections législatives françaises – 1er tour

Les élections législatives françaises vont donner au Président Macron une majorité absolue à l’Assemblée Nationale à l’issue du deuxième tour.  Il devrait disposer d’un nombre de sièges compris entre 400 et 455 sur les 577.
Plusieurs remarques
1 – Les français sont légitimistes et ont donné au président nouvellement élu les moyens de mettre en oeuvre la politique annoncée pendant la campagne. Ceci ne doit pas être une surprise, c’est une constante notamment depuis que les élections législatives suivent les élections présidentielles.  L’ampleur du gain possible de LREM au regard du nombre de députés est cependant un des plus forts depuis 1981 comme le montre le graphe ci-dessous. En 1993 la majorité conduite par Edouard Balladur, comme premier ministre, était plus importante.  Lire la suite

La réforme du marché du travail. 

Le gouvernement français a proposé un programme de travail pour réformer le marché du travail. L’idée est de rendre compte de la diversité des situations qui caractérise désormais ce marché. Le monde est globalisé, les chocs technologiques sont majeurs et l’adaptation des firmes à ceux-ci sont très variées,  les formes d’entreprise sont très diverses, de la grande entreprise à la start up en passant par la TPE et les secteurs d’activité très différenciés. 
En d’autres termes, la concurrence n’est plus un concept uniforme et les entreprises sont soumises à des contraintes très différentes selon l’ensemble des éléments précités. L’idée d’avoir une loi globale et des modes de fonctionnement qui soient décentralisés a du sens. On a du mal à imaginer la possibilité de faire une loi pour tous avec les mêmes modes d’application. 

C’est le sens de la réforme du marché du travail proposée par Édouard Philippe et Muriel Penicaud. Elle modifie en profondeur les rapports de force dans l’entreprise puisque les négociations se feront à l’échelle de l’entreprise voire à celle de la branche. Cela fait moins d’uniformité et l’incapacité d’imaginer une même réaction collective à un événement ou à un choc. Le poids des syndicats va être fortement affecté. Il sera difficile pour un syndicat d’avoir une ligne unique dans ce cadre très divers. C’est comme cela que le rapport de force changera en profondeur. 

Cette désorganisation potentielle fait penser à ce que disait Adam Smith sur ce rapport de force entre un patronat peu nombreux et facile à organiser et des employés très nombreux et forcément plus difficiles à faire agir de façon collective. Ce phénomène est d’autant plus vrai que les intérêts des salariés sont dissociés d’une entreprise à l’autre. 
Adam Smith y voyait un avantage significatif pour le patronat. La mise en place d’une contrepartie en terme de formation doit permettre un rééquilibrage du rapport de force et une réduction de l’incertitude pour l’ensemble des salariés et des chômeurs. S’il n’y a pas de convergence vers une forme de flexicurité à la française alors l’efficacite de la réforme pourra être remise en question.