En route pour l’Elysée

Le prochain locataire de l’Elysée va bénéficier d’une configuration conjoncturelle très favorable. Cela lui donnera des marges de manœuvre dans la gestion du quotidien ainsi que dans la préparation des réformes qu’il souhaite mettre en œuvre. Il est toujours plus facile de changer les règles de l’économie lorsque les contraintes sont plus réduites.
Lire la suite sur le site de Forbes ici

Scribing

J’étais hier soir à la réunion de l’encadrement de la Caisse d’Epargne Midi-Pyrénées et pendant que je parlais un dessinateur illustrait mes propos. Ce scribing est repris ci dessous. Je suis sur la partie gauche et Frédéric Burtz de BPCE, qui présentait la transition digitale dans le groupe BPCE est sur la partie droite. 

C’est une représentation intéressante qui doit refléter la capacité de l’orateur à communiquer – l’exercice est perilleux 

Ricardo et la théorie de l’avantage comparatif – Joyeux anniversaire

Le 19 avril 1817, david Ricardo publiait son fameux traité « Des principes de l’économie politique et de l’impôt » dans lequel il développait la théorie des avantages comparatifs, élément fondamental et fondateur de la théorie du commerce international.
Douglas Irwin, professeur au Dartmouth College, fête ce deux centième anniversaire dans la note jointe.
Lire la note ici

Les risques d’instabilité d’une nouvelle monnaie en France

Voici la version in extenso de ma chronique hebdomadaire sur Forbes dont l’original  est disponible ici 

L’Europe est un facteur clé de la campagne présidentielle même si ce thème a été peu abordé lors des deux débats télévisés. Parmi les 4 candidats ayant les positions les plus fortes dans les sondages, l’Europe est discriminante. Ce doit être le premier facteur discriminant entre les candidats pour n’importe quel électeur. 

Pour deux d’entre eux, Emmanuel Macron et François Fillon, l’objectif est d’approfondir les institutions existantes même si les modalités ne sont pas identiques pour chacun d’entre eux. Ni l’un ni l’autre ne souhaite cependant sortir de la zone Euro.
En revanche pour les deux autres candidats du Top 4, Marine Le Pen et Jean Luc Mélenchon, l’Europe est, au regard des institutions européennes, une source de rupture pour la France. L’un et l’autre envisagent une négociation avec l’Europe pour changer ces institutions et redonner à la France la possibilité de retrouver son autonomie de décision. En cas d’échec probable de ces discussions, car les autres pays n’ont pas forcément la volonté de changer de cadre, et avec l’appui d’un référendum, les deux candidats envisagent une sortie de l’Europe.

Dans chacun des deux cas, la monnaie revient au cœur du nouveau cadre à définir. Lire la suite