L’économie britannique prend du retard depuis le référendum

La comparaison de l’activité industrielle au sein de l’économie européenne est très instructive lorsque l’on se cale sur la période après le référendum britannique sur le Brexit. 
En dépit de l’accélération du commerce mondial, la production industrielle britannique prend du retard sur les différents pays de la zone Euro. C’est ce que montre le graphe ci-dessous.
Le profil de l’activité industrielle en Italie survole l’ensemble des grands pays européens alors que le Royaume Uni est franchement en retard désormais notamment depuis le début de l’année 2017. L’écart est significatif avec l’indice de la zone Euro ainsi qu’avec la France, l’Allemagne et l’Espagne. Lire la suite

Brexit Modéré – Un reniement rapide

Après les élections britanniques, la confusion, qui en résulte, suggère que la probabilité d’un Brexit modéré a augmenté puisque Theresa May, ne disposant pas d’une majorité, sera obligée de composer. Pourtant ce n’est pas et cela ne peut pas être aussi simple car cela reflète un reniement du référendum sur le Brexit.

Une source de confusion vient de ce que l’image de l’Europe a profondément changé chez les britanniques en un an. L’image positive de l’Europe est majoritaire (54%) chez les britanniques selon une enquête menée par PEW Research Center au printemps 2017. C’est 10 points de plus que l’an dernier au moment du référendum.

L’émergence de l’idée d’un Brexit modéré vient de la perte des élections générales par Theresa May. Lire la suite

Brexit modéré – Un renoncement

Après les élections britanniques, la confusion, qui en résulte, suggère que la probabilité d’un Brexit modéré a augmenté puisque Theresa May, ne disposant pas d’une majorité, sera obligée de composer. Pourtant ce n’est pas et cela ne peut pas être aussi simple car cela reflète un reniement du référendum sur le Brexit.

Une source de confusion vient de ce que l’image de l’Europe a profondément changé chez les britanniques en un an. L’image positive de l’Europe est majoritaire (54%) chez les britanniques selon une enquête menée par PEW Research Center au printemps 2017. C’est 10 points de plus que l’an dernier au moment du référendum.

Ma chronique pour Forbes sur le Brexit modéré est disponible ici

Le Brexit au coeur des élections britanniques

Interview

1-Le 23 juin 2016, les électeurs Britanniques faisaient le choix du Brexit. Un an après l’événement, les prévisions « apocalyptiques » qui avaient pu anticipées par certains responsables politiques semblent avoir été exagérées. Si les prévisions économiques du Royaume sont effectivement en baisse, comment expliquer ce décalage avec un discours politique et une réalité économique ? 

Les prévisions des économistes antérieures au référendum sur le Brexit faisaient état d’un écart négatif significatif à moyen terme entre le profil de l’économie après Brexit et sa tendance en cas de maintien au sein de l’UE. Ces chiffres de la London School of Economics ou encore du Trésor ne faisaient pas l’hypothèse d’une rupture immédiate et brutale mais d’un écart qui grandirait avec le temps. Les économistes ont été clairs sur ces questions. Qu’il y ait eu des raccourcis du côté des politiques en prenant les résultats de moyen terme pour des ruptures immédiates est typique d’une situation comme le référendum. Le temps qui était dans les  prévisions des économistes avait disparu. Le raccourci est naturel parce qu’il faut être percutant.

En outre, le Brexit n’a commencé que le 29 mars 2017 avec la notification de l’article 50 par Theresa May. Entretemps la monnaie britannique s’est franchement dépréciée, la politique monétaire a été beaucoup plus accommodante pour réduire les risques sur l’économie des conséquences du référendum et des touristes ont profité de la baisse de la monnaie pour visiter le Royaume Uni à bon compte. Lire la suite

Du sang et des larmes pour créer le Global Britain de Theresa May

Discours très politique de Theresa May sur la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne (voir ici). Le référendum sur le Brexit doit se traduire par une dissociation entre le Royaume Uni et l’Union Européenne. La loi britannique doit être votée par les britanniques. Pour éviter toute ambigüité, il n’y aura plus d’accès au marché unique. L’accord de libre-échange négocié avec l’UE sera ratifiée par le Parlement britannique.

L’objectif de ce discours très politique est de mobiliser l’ensemble des britanniques au cours de cette rupture. C’est par la mobilisation de tous que le Royaume Uni sortira de l’UE tout en se donnant les capacités de se reconstruire  pour être au coeur de l’économie globale. Le terme de « Global Britain » utilisé par le premier ministre traduit la dimension nouvelle qu’elle veut associée à ce nouveau départ.
Cela veut dire aussi qu’il faudra du sang et des larmes pour réussir, chacun devra se mobiliser à la réussite du projet. Le Global Britain est plus fort, plus équitable, plus unifié et plus ouvert encore.
Elle définit aussi un cadre de négociations en 12 points. On peut les retrouver ici

Cependant, ce n’est pas aussi simple.   Lire la suite