La BCE n’a pas changé dans sa réflexion sur la politique monétaire de la zone Euro.

La BCE n'a pas modifié sa façon de réfléchir à la politique monétaire. C'est ce que l'on peut conclure après la réunion de la BCE ce jour. Les interprétations excessives qui avaient été faites après le discours de Draghi à Sintra ne sont pas validées.
Pour une analyse complète lire mon post sur la version anglaise de ce blog. Lire The ECB hasn’t changed its mind on its monetary policy | Philippe Waechter's blog
https://philippewaechter.en.nam.natixis.com/2017/07/20/the-ecb-hasnt-changed-its-mind-on-its-monetary-policy/

Politique et Croissance en zone Euro

La zone Euro apparaît aujourd’hui comme un havre de stabilité. L’élection d’Emmanuel Macron et ses relations fortes avec Angela Merkel ont nourri les attentes d’une économie qui retrouve une croissance plus robuste et d’un espace politique qui veut se donner les moyens nécessaires pour se réformer afin de s’inscrire encore davantage dans la durée.
Cette rupture est remarquable car il y a 6 mois à peine on ne donnait pas cher de la zone Euro. La montée attendue du populisme lors des diverses élections devait fragiliser la construction européenne au risque de créer une dynamique moins coopérative et plus antagoniste.

En ce début du mois de juillet 2017, on relève qu’il n’en est rien et que les électeurs européens n’ont pas suivi le chemin choisi par les Etats-Unis et la Grande Bretagne. Lire la suite

Royaume Uni – Faible demande interne, hausse des taux: la probabilité de récession s’accroît 

J’ai publié hier un post sur le Royaume Uni sur la version anglaise de mon blog. 
Il s’interroge sur la compatibilité de 4 éléments 

1- l’impact négatif qu’aura le Brexit sur le commerce extérieur britannique

2- la volonté de la Banque d’Angleterre de relever ses taux d’intérêt dans un futur proche

3- la situation dégradée des ménages pour lesquels le maintien de la consommation est passé par un effondrement du taux d’épargne (au plus bas depuis le début de la série en 1963) et par un recours au crédit alors que le pouvoir d’achat du revenu disponible baissait 

4- une production (production par heure de travail) qui ne s’améliore pas

Remonter les taux d’intérêt dans ces conditions c’est prendre le risque d’accroître fortement la probabilité de récession 

Le post est disponible ici

Les Banques Centrales changent-elles de tempo?

Les banques centrales sont-elles devenues des sources de confusion pour les investisseurs ? C’est ce que l’on pourrait penser après les propos tenus par Mario Draghi, le président de la Banque Centrale Européenne, et par Mark Carney le gouverneur de la Banque d’Angleterre. Lors d’un séminaire organisé par la BCE, la semaine du 26 juin, l’un et l’autre ont eu des propos pouvant suggérer un changement rapide de la politique menée par ces deux institutions.

Mario Draghi s’est appuyé sur la plus grande robustesse du cycle économique en zone Euro pour signifier que la BCE devait en prendre compte dans la détermination de sa stratégie. Il a ainsi évoqué la disparition du risque déflationniste et l’apparition d’une situation de reflation. Ces propos ont immédiatement été interprétés comme le signal d’une fin programmée de la politique monétaire accommodante avec un arrêt dans un temps fini des achats d’actifs. Cela s’est traduit par une hausse de la monnaie européenne face au dollar et une remontée rapide des taux d’intérêt de long terme. La BCE a indiqué que ces mouvements étaient excessifs et traduisaient une sur-interprétation des propos de son président. Lire la suite

L’ouverture du marché obligataire chinois

Ecrit avec Zouhoure Bousbih

Le marché obligataire chinois s’internationalise et s’ouvre aux investisseurs internationaux. Pour le 20ème anniversaire du rattachement de Hong Kong à la Chine, les autorités chinoises montrent leur volonté d’infléchir la marche du monde en intervenant maintenant de façon directe sur le plus grand et le plus important marché financier du monde.
Le marché obligataire chinois est le 3ème au monde après les Etats-Unis et le Japon. Il dispose d’un encours de 9 000 milliards de dollars (source FT) lorsque l’on agrège les obligations gouvernementales, d’agences et d’entreprises.
Les investisseurs étrangers ne détiennent que 1.5% de ce marché. C’est ridiculement petit pour une économie de la taille de la Chine. Il n’y a pas encore de relation entre le poids de l’économie chinoise dans le monde et le poids de son marché obligataire. Mais cela va venir et c’est ce rééquilibrage qui marquera une rupture durable par rapport à l’équilibre actuel.   Lire la suite

Dynamique manufacturière robuste en Zone Euro au mois de Juin

Les perspectives de croissance se renforcent encore dans le secteur manufacturier. L’allure est à la hausse dans tous les pays y compris en Grèce dont l’indice revient au dessus du seuil de 50. La France passe devant l’Espagne et l’Allemagne caracole. L’important est la cohérence de tous ces indices en raison des échanges forts entre les pays de la zone. Il y renforcement des échanges et ainsi un support fort pour l’activité.
ZE-2017-juin-PMI-manuf
La dynamique des commandes s’accélère fortement à la fin du deuxième trimestre. Cela devrait accentuer le profil de la production manufacturière et alimenter à la fois les échanges et la croissance.
Ze-2017-juin-markit-ratio
Par pays, l’Allemagne est toujours en phase d’accélération mais la France et l’Italie sont aussi à des niveaux robustes. L’Espagne est relativement stable en tendance. Les signaux sont bons pour l’activité au sein de tous les pays de la zone.
Ze-2017-juin-ratio-pays
Les pressions nominales s’estompent. Il faut y voir une conséquence du repli des prix du pétrole. Cela se traduira par des pressions réduites des prix de production. La BCE n’a aucune raison de se précipiter.
ZE-2017-juin-markit-Prix
ze-2017-juin-markit-prix-ppi