Un graphe pour illustrer le problème structurel des Etats-Unis

DGrnYwsUQAA__F0

Ce graphe est issu d’un article de dans le NY Times que vous pouvez retrouver ici

Il montre de façon impressionnante la façon dont la distribution des revenus a changé depuis 1980 aux USA.
En 1980 les revenus les plus faibles bénéficiaient d’un effet de rattrapage par rapport aux revenus les plus élevés. Ils progressaient plus vite que les revenus plus élevés.
En 2014 ce n’est plus du tout le cas. Chaque centile de revenu progresse moins vite que les centiles supérieurs dans la distribution. Il n’y a plus rattrapage mais divergence. Les écarts s’accentuent de façon spectaculaire pour les revenus des derniers centiles (voire du dernier centile).
Pour dire les choses autrement: en 1980 les 20% ayant les revenus les plus faibles avaient une croissance de leur revenu supérieure à la moyenne (2.5% hors inflation). En 2014, les 20% ayant les revenus les plus élevés ont une croissance de leur revenu supérieure à la moyenne de 1.4% (hors inflation).
La baisse des impôts sur le revenu proposée par  Trump et les républicains accentuerait encore davantage ces écarts. L’impact macroéconomique ne serait alors pas positif, probablement négatif.
« Most Americans would look at these charts and conclude that inequality is out of control. The president, on the other hand, seems to think that inequality isn’t big enough. »

Une réflexion au sujet de « Un graphe pour illustrer le problème structurel des Etats-Unis »

  1. Albert Einstein aurait dit que les intérêts composés étaient la plus grande découverte mathématique. Les intérêts composés sont une exponentielle. Depuis la fin des années 1980 les liquidités ne s’investissent plus dans le capital productif. Le patrimoine n’est plus composé d’usines mais de portefeuilles. L’écart de capital entre 2 catégories placé en intérêt composés s’accroît. La baisse de la productivité s’accélère à cause d’une baisse de investissement productif…

Les commentaires sont fermés.