Contre une approche romantique du Brexit

En discutant avec des clients ou des collègues je m’aperçois qu’il y a une dénégation a priori du résultat du référendum britannique s’il est en faveur de la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne.
L’argument est qu’il serait optimal pour les britanniques, comme pour le reste de l’Union Européenne, de ne pas modifier les règles de fonctionnement entre les deux entités. L’argument est que le statut actuel étant le plus efficace il serait sous optimal de s’en écarter.
L’argument est simple mais il ne tient pas puisque le nouveau premier ministre aura le mandat de défaire les liens existants avec l’Union Européenne. Ses électeurs considèrent en effet qu’une indépendance rapide est la meilleure solution pour le Royaume Uni.
Il faudra donc pour Boris Johnson, ou un autre, couper les relations rapidement pour pouvoir retrouver la souveraineté à laquelle les soutiens au Brexit aspirent.
En cas de Brexit la bataille s’engagera dès le 24 juin