La Fed ne presse pas le pas pour durcir sa politique monétaire

La Fed n’est pas pressée de remonter ses taux d’intérêt. C’est ce qu’elle dit clairement dans les minutes de sa réunion des 27 et 28 janvier dernier.

Les déséquilibres existants encore sur le marché du travail (le taux de chômage n’est pas le seul indicateur à regarder) et l’absence d’inflation pour encore un bon moment font que la banque centrale américaine ne va pas se précipiter pour remonter ses taux d’intérêt.

Le faible taux d’emploi des 25 – 55 ans montre que le marché du travail n’est pas encore rétabli. Ce taux s’améliore comme je le notais récemment mais ce n’est pas encore suffisant pour en contraindre le profil.
Quant à l’inflation, elle est pénalisée par la baisse profonde et durable du prix du pétrole et par le fait que les salaires ne progressent pas et ne vont pas remonter rapidement (la hausse du taux d’emploi des 25-55 ans limitera les pressions à la hausse) De la sorte la convergence vers la cible de 2% ne va pas s’observer rapidement. Et de ce fait la Fed ne veut pas précipiter le mouvement.

La Fed réitère l’idée qu’il vaut mieux agir plus tard que trop tôt.

Au regard de la tonalité des minutes, je ne crois pas du tout à un mouvement en juin prochain. Je ne suis pas certain d’un mouvement cette année. Pour l’instant le resserrement monétaire est assuré par la hausse du dollar. Cela sera surement suffisant en 2015.