Les émergents encore

Le 22 mai 2013 Ben Bernanke alors président de la Fédéral Reserve avait créé une forte confusion sur les marchés émergents en indiquant une probable normalisation de la politique monétaire américaine. La hausse anticipée des taux d’intérêt à un horizon malgré tout très lointain avait provoqué d’importants flux de capitaux au détriment des pays émergents. Cela s’était traduit par des ajustements de parité spectaculaires parfois. Certains pays avaient été franchement fragilisés.

La réunion de la Fed dont le résultat sera connu demain sera t il similaire ?

Je pense que la situation des marchés émergents est aujourd’hui beaucoup plus préoccupante qu’en mai 2013. A l’époque l’activité ne progressait déjà pas très rapidement mais il y avait quand même l’idée que la dynamique chinoise resterait significative et que si le prix des matières premières n’allait pas augmenter il ne s’effondrerait pas comme c’est le cas aujourd’hui avec le pétrole.
Si par ses propos la Fed réussit à convaincre les investisseurs d’une hausse rapide de ses taux d’intérêt (en enlevant la référence à la période de temps considérable par exemple), les économies émergentes vont être affectées directement. Car sans impulsion supplémentaire mais avec une situation dégradée par le manque d’impulsion chinoise et par le bas prix du pétrole, les investisseurs auront choisi rapidement.  Le rapport de force va évoluer en faveur des pays industrialisés.