Anticipations Hebdo du 24 novembre 2014

Le document complet en version pdf est ici Anticipations Hebdo du 24 novembre 2014

Les attentes de la semaine du 24 au 30 Novembre

  • L’attention restera portée sur la zone Euro avec la publication de l’IFO en Allemagne (lundi) et de l’indice du climat des affaires en France (mardi)
  • Vendredi prochain, première estimation de l’inflation en zone Euro pour Novembre et du taux de chômage en octobre. Inflation aussi en Allemagne, Italie et Espagne (jeudi); Emploi et chômage en Allemagne (jeudi) et inscriptions à Pole Emploi en France pour Octobre (jeudi)
  • On suivra aussi les commandes de biens durables aux USA (mercredi) ainsi que les revenus et les dépenses de consommation aux USA en octobre (mercredi)
  • Indice des prix et production industrielle au Japon (jeudi tard)
  • Dépenses des ménages français en Octobre (vendredi) et confiance des consommateurs en novembre (mardi)
  • 2ème estimation du PIB en Allemagne (avec le détail lundi), USA (mardi) et UK (mercredi)

Les points majeurs à retenir en Europe du 17 au 23 Novembre

  • Double intervention de Mario Draghi au cours de la semaine: la première fois au Parlement Européen, la seconde au Congrès Bancaire Européen. Le message a été le même face aux risques de trop faible inflation et d’inflexion à la baisse des anticipations. Mario Draghi a indiqué la nécessité de mettre en œuvre toutes les mesures déjà évoquées sur les TLTRO, les achats d’ABS et d’obligations sécurisées. Il a aussi et surtout indiqué que si ces mesures n’étaient pas suffisamment efficaces, il y aurait un recours vers d’autres mesures, notamment l’intervention sur d’autres classes d’actifs. En clair, il souhaite mettre en place un QE sur obligations d’Etat. Rendez-vous à la première réunion de la BCE le 22 janvier (rien ne sera annoncé le 4 décembre car la 2ème opération de TLTRO n’aura pas eu lieu)
  • Repli de l’indice PMI/Markit sous le seuil de 50 pour l’ensemble de l’économie de la zone Euro
  • L’indice PMI français recule encore. L’indice total passe à 47.7 contre une moyenne de 49.2 au T3. L’indice manufacturier recule à 47.6 et l’indice des services à 47.7. Recul du PIB en T4???

Les points majeurs à retenir aux USA du 17 au 23 Novembre

  • Les minutes de la Fed montrent l’embarras des membres du FOMC sur la façon de sortir de la politique monétaire accommodante alors que la croissance est robuste tout en ne réduisant pas l’ensemble des déséquilibres et alors que des inquiétudes pointent quant à la situation économique au Japon, en Chine et en Zone Euro.
  • Cela se traduit par une discussion sur le terme « période considérable »: faut-il le garder, le retirer, l’amender? Et quel signal donner sur le profil à venir du taux des fed funds? Les questions ne sont clairement pas tranchées
  • Mais la Fed est aidée par l’absence d’inflation (1.7% pour le CPI en octobre). Cela ne l’oblige en aucun cas à intervenir rapidement.
  • En outre, la production industrielle a une allure moins rapide à l’automne qu’au printemps. Sur les 3 derniers mois, elle n’augmente en taux annualisé que de 2.45% (2% pour la production manufacturière). C’est peu par rapport au chiffre de 7.2% en juin sur la production manufacturière

Les points majeurs en Asie et Latam du 17 au 23 Novembre

  • Nouvelle désillusion sur l’activité chinoise, en novembre, avec le ralentissement relaté par l’enquête PMI/Markit/HSBC. L’indice s’est inscrit à 50 (49.95 avant l’arrondi). Cela reflète une inflexion de la production. La dynamique des commandes est réduite. Ces données n’infléchissent pas la vision que l’on pouvait avoir à partir des données publiées pour octobre (IPI, investissement)
  • C’est pour cela que la Banque Centrale chinoise a réduit ses taux de référence. Le taux de dépôt à un an passe à 2.75% (-25bp) et celui des prêts à un an à 5.6% (-40bp). Cela n’en fait pas pour autant une politique accommodante car les prix de production reculent de -2.2% soit un taux réel proche de 8%. C’est trop élevé et cela ne permet pas aux entreprises de restructurer leur dette. Il faudra probablement aller plus loin à moins que l’inflation n’accélère de façon rapide. Mais là, spontanément, on ne voit pas très bien pourquoi.

Le graphe de la semaine La relation entre l’indice PMI/Markit pour l’ensemble de l’économie française et la croissance trimestrielle du PIB. Le signal pour le dernier trimestre 2014 est ennuyeux, indiquant un repli du PIB
France-2014-Novembre-PMI-PIB