France – Inscriptions à Pôle Emploi: l’inversion est pour demain, pour demain, pour demain

A la lecture des chiffres d’inscrits à Pôle Emploi, le passage de la fin d’année n’a pas  apporté l’inversion de la courbe du chômage. Le graphique ci dessous qui retrace l’évolution des entrées et des sorties ne montre pas de convergence rapide entre les deux courbes.
France-2014-Janvier-PE-E-S-nonlisséLes entrées à Pôle Emploi sont stables (ligne bleue) depuis 2011 mais sont un peu plus volatiles depuis quelques mois. Les sorties (ligne rouge) en revanche sont plus fluctuantes en raison principalement des mesures administratives qui ont parfois hâté les  sorties à partir du printemps 2013. Le niveau du mois de janvier des sorties est un peu au dessous de la moyenne observé en 2013 (459 000 en janvier contre 465 000 en moyenne sur 2013). Il n’y a donc pas d’amélioration en tendance.

La question ne sera pas résolue tant qu’il n’y aura pas davantage de croissance. Cela permettrait de limiter les entrées (on réduit les fins de contrat lorsque les perspectives d’activité sont meilleures) et d’accélérer les sorties via une hausse des reprises d’emploi.
Sans cela, sans une accélération significative de la croissance, au delà de 1%, le risque est fort d’avoir une évolution parallèle entre les deux courbes. La question de l’inversion de la courbe du chômage restera d’actualité en 2014.